Site officiel

actualité

La France est en finale !

Publié le : 14/06/2015
L’équipe de France masculine est en finale des Jeux européens. Un exploit, un vrai. Elle le doit pour beaucoup à Emmanuel Lebesson. Le « troisième homme », engagé à Bakou seulement dans la compétition par équipes, a réalisé dimanche 14 juin une performance historique. Pour lui-même, bien sûr, mais aussi à l’échelle du tennis de table français. Il a battu coup sur coup, en l’espace d’une poignée d’heures, deux joueurs classés dans le top 10 mondial, deux figures de la discipline. Le Biélorusse Vladimir Samsonov (n°9), d’abord, en quart de finale. Puis l’Allemand Dimitrij Ovtcharov (n°6), plus tard dans la journée, en demi-finale. Epoustouflant.
Le site des Jeux européens 2015
Le jour de gloire de Lebesson

Sa victoire sur Vladimir Samsonov, Emmanuel Lebesson avait eu l’humilité de la mettre, en partie, sur le compte d’un « jour moyen » de l’immense Biélorusse. Son succès en 4 sets sur Dimitrij Ovtcharov, le médaillé de bronze olympique, ne doit rien à un quelconque passage à vide de l’Allemand. Le Français l’a construit avec des manières de maître de la table. « J’ai eu pas mal de réussite, ce qui m’a permis de me détacher rapidement, dit-il. Puis j’ai su conserver toujours un peu d’avance, en lui donnant un minimum de points. Je n’ai jamais vraiment sur-joué. Et j’ai réussi à ne pas trop gamberger, dans le 3ème set, lorsqu’il est remonté de 0-4 à 7-4. »

Soyons honnêtes, le sort a été favorable à l’équipe de France. Solides vainqueurs de la Biélorussie en quart de finale, les Bleus avaient en effet un seul point à marquer face à l’Allemagne, en demie, pour accéder à la dernière marche. Le forfait de Timo Boll, malade depuis le matin, associé à un règlement n’autorisant aucun remplaçant, ont contraint les Allemands à débuter leur rencontre avec un handicap de deux matches. Une situation qu’ils avaient déjà connue plus tôt dans la journée face à la Suède, mais que Dimitrij Ovtcharov et Patrick Baum avaient su renverser.

Ce point décisif, Adrien Mattenet n’a pas pu le décrocher, face à Dimitrij Ovtcharov. Il a cédé sèchement, en 4 sets. Simon Gauzy a été plus proche d’y parvenir, mais lui aussi a chuté, en 5 manches, contre Patrick Baum. Toute la pression était alors sur les épaules d’Emmanuel Lebesson. Face à Ovtcharov, le Français n’a pas craqué. Il a rapidement pris le large, pour mener 2 sets à 0 (11/5, 11/9). L’Allemand est revenu dans le 3ème set (11/8). Puis Emmanuel Lebesson a repris le dessus (11/8), pour l’emporter en 4 manches (11/9).

« Ovtcharov, je l’avais déjà battu, mais beaucoup plus jeune, lorsque j’étais encore junior ou nouveau senior, raconte-t-il. Et je n’avais évidemment encore jamais dominé deux joueurs du top 10 dans la même journée. C’est assez incroyable. Mais je suis surtout heureux pour l’équipe. Nous sommes une bande de potes. Nous courrons depuis longtemps derrière une médaille. Désormais, nous l’avons. »

En finale, lundi 15 juin, les Bleus devront croiser le fer avec le Portugal, champion d’Europe en titre. Sur le papier, leurs adversaires seront favoris. Mais tout semble désormais possible.


Les filles chutent devant la République Tchèque

Pour l’équipe de France féminine, la route a pris fin en quart de finale. Victorieuses de l’Azerbaïdjan la veille, les Bleues ont chuté face à la République Tchèque. Xian Yifang a laissé échapper le premier point, en s’inclinant en 5 sets contre Renata Strbikova. Li Xue a remis les deux équipes à égalité par sa victoire (3-1) contre Iveta Vacenovska. Mais la défaite du double Grundisch/Li, puis celle de Carole Grundisch dans le troisième simple, face à Iveta Vacenovska, ont fait pencher la partie du mauvais côté. Dommage.

Li Xue n’en fait pas mystère, cette élimination reste une déception. « On a tout essayé, il y avait beaucoup d’envie, explique-t-elle. Nous avons toutes les trois vraiment tout fait pour aller chercher les points. Je suis déçue, bien sûr, nous le sommes toutes. Mais nous avons plutôt bien joué. »

La numéro 1 française se tourne maintenant vers le tournoi individuel, à partir de mardi. Une compétition qu’elle abordera avec confiance. « Aujourd’hui, j’ai bien organisé mon jeu en service/revers, en variant bien défense et attaque, explique-t-elle. J’étais bien concentrée. Je me sens prête à affronter n’importe quel type d’adversaire. »

Le tirage au sort, effectué ce dimanche, lui a réservé au 2ème tour la gagnante du match entre la Lituanienne Ruta Paskauskiene et la Britannique Kelly Sibley. Appelée à jouer dès le 1er tour, Carole Grundisch affrontera la Luxembourgeoise Sarah de Nutte.

Crédit photo : CNOSF / KMSP