Site officiel

actualité

Le bilan de Jean-Claude Decret

Publié le : 21/07/2015
L’équipe de France Cadets & Juniors est rentrée hier en fin de journée de Bratislava avec 13 médailles dont 3 titres de champion d’Europe. Jean-Claude Decret, responsable du haut-niveau, dresse le bilan de ce cru 2015 des Championnats d’Europe Jeunes.

Deuxième meilleur total de l’histoire

« D’un point de vue quantitatif, le bilan de 13 médailles est supérieur à l’an dernier (11 médailles). C’est même l’un des meilleurs bilans puisque le record de l’équipe de France est de 15 médailles. Qualitativement, c’est un peu moins bon qu’en 2014 avec « seulement » 3 médailles d’or contre 5 à Riva Del Garda. Nous avons réussi la performance d’être présents dans 5 finales des catégories de simple, c’est aussi pourquoi nous espérions un peu plus de titres. Ça montre aussi que les titres et les médailles sont difficiles à obtenir, qu’il ne faut surtout pas banaliser les médailles obtenues année après année. Même si nous sommes meilleurs sur la masse, des individualités d’autres pays peuvent nous surprendre. Il va falloir continuer à travailler dur pour avoir des individualités fortes dans toutes les catégories. Notons que pour la première fois, les 4 têtes de série n°1 en simple ont remporté le titre. »

Débuts réussis pour les petits nouveaux
« Nous avions choisi de présenter 4 nouveaux jeunes joueurs cette année, ils ont répondu présent en décrochant chacun une ou plusieurs médailles. C’est la preuve que nous sommes capables de réussir des performances au niveau international même sans expérience. C’est le signe de joueurs de qualité. Un garçon comme Jules Rolland glane 3 médailles pour ses premiers CEJ. Il lui faut encore beaucoup travailler pour franchir les dernières marches mais il a prouvé qu’il était largement au niveau, même sans faire beaucoup de sorties au cours de l’année. »
Des épreuves individuelles au goût d’inachevé

« Les CEJ ont la particularité, avec les Championnats d’Europe seniors, d’être des épreuves longues. On a senti un léger fléchissement au fil des jours, plus d’ordre mental que physique. Après la médaille d’or par équipes, nous attendions nos « leaders » cadets un peu plus haut en simple, même s'ils se sont bien rattrapés avec la médaille d’or en double. En juniors garçons, Alexandre Cassin a eu une attitude exemplaire tout au long de la compétition, aussi bien sur les épreuves par équipes qu’individuelles. Il est passé à côté de sa finale en simple, sans avoir imposer un combat physique et technique qu'il impose d'habitude, avec une attitude trop défaitiste, ça peut arriver, mais il faut combattre cela en s'imposant une discipline permanente, écart entre les "bons" et les "meilleurs". Mais ça ne doit pas faire oublier tout ce qu’il a accompli jusqu’à présent dans les catégories jeunes. Ça démontre que rien n’est acquis, ça donne de la valeur aux titres et ça prouve que la route est encore longue.

Chez les filles, ça faisait un moment que deux juniors n’avaient pas été sur le podium en simple, c’est un très bon résultat pour Marie Migot, en forme moyenne au mois de mai, mais bien préparée par le staff fédéral durant le mois de stage précédent le championnat d'Europe. Audrey Zarif est à sa place, un parcours maîtrisé jusqu'en demi-finale, elle a perdu contre Diaconu qui sera une très forte joueuse. Pauline Chasselin est un peu passée à côté de ses CEJ, ça arrive à tout sportif à un moment ou un autre de passer au travers. Elle doit apprendre à gérer un nouveau statut, et préparer ses compétitions en fonction. Elle a fait son championnat d'Europe avant dans la tête, en prévoyant trop et en étant dans l'attente de ce qu'elle pensait lui être promis, un esprit conquérant, plus spontané lui aurait permis de chasser ses doutes. Lucie Gauthier a signé un bon résultat en simple. C’est une jeune fille très talentueuse qui va devoir apprendre à mieux exploiter et discipliner son incroyable potentiel. Leïli a produit un bon niveau mais a payé son manque d’entraînement lié aux blessures en début de saison. Les deux jeunes filles passent juniors l’année prochaine, ce qu’elles ont montré à Bratislava est très encourageant pour l’avenir. Elles seront rapidement au niveau dans la catégorie supérieure.

Je souhaite souligner un manque de fraîcheur mentale, voire de la lassitude, chez une petite minorité de nos joueurs. Je le souligne car, quand on connaît l’importance du mental dans notre discipline, ce manque d’enthousiasme, ce manque de plaisir et de spontanéité sont inquiétants. Le tennis de table doit être intimement lié avec la notion de plaisir.»

L’encadrement technique, physique et médical, travailleurs de l’ombre
«J’aimerais conclure ce bilan en adressant une fois encore mes remerciements à l’encadrement technique, médical et physique pour leur professionnalisme. Dans un contexte rendu difficile par la chaleur et l’enchaînement des matchs, coachs, kinés, préparateur physique et médecin ont été remarquables pour permettre à nos jeunes d’évoluer dans les meilleures dispositions. Merci à tous.»