Site officiel

actualité

Charles Roesch avec Secrétin et Bergeret en 1977 © DR FFTT
Charles Roesch avec Secrétin et Bergeret en 1977 © DR FFTT

Charles Roesch, un pionnier nous a quittés

Publié le : 22/12/2015
Modifié le : 24/12/2015

Triste fin d’année pour le tennis de table français. Après Vincent Purkart, disparu au mois de novembre, un autre immense personnage de la discipline vient de nous quitter. Charles Roesch, l’un des techniciens les plus influents du ping européen dans les années 60, 70 et 80, s’est éteint à quelques jours des fêtes de Noël. Il avait 93 ans. Avec Radivoj Hudetz et Tomislav Terecik, il fut l'un des disciples les plus proches de Tibhor Harangozo.

Premier DTN de l'histoire de la FFTT

Alsacien de naissance, Charles Roesch se destinait à enseigner les mathématiques, mais sa passion du tennis de table l’en a détourné. Il épouse le métier d’entraîneur, grimpe rapidement les échelons, jusqu’à occuper des fonctions dans l’encadrement national. En 1968, le président de la FFTT, Georges Duclos, fait appel à lui pour redresser une élite française au creux de la vague. Sa nomination au poste de Directeur technique national est évoquée en comité directeur au mois de juin. Elle est effective au début du mois de décembre, après un vote de l’assemblée générale de la Fédération. Charles Roesch devient le premier DTN de l’histoire du tennis de table français et il forma avec Georges Duclos un tandem extraordinaire.

Passionné et respecté, il propose un plan de dix ans pour dynamiser l’élite, muscler la détection et redonner du souffle à l’équipe de France. Les résultats ne se font pas attendre. Avec l’aide de Tomislav Terecik, il replace les meilleurs juniors français en bonne place sur l’échiquier européen, jusqu’à les conduire au titre continental à Velje en 1972. Une génération dorée où se côtoient notamment Patrick Birocheau, Christian Martin, Jean-Claude Decret, Jean-Denis Constant et Philippe Molodzoff. Charles Roesch lance également un vaste programme de formation de cadres, considéré à juste titre comme l’un des plus performants de l'époque.

En dix années à la tête de l’encadrement national, il accompagne l’équipe de France vers ses premiers succès : le titre de champion d’Europe en simple de Jacques Secrétin en 1976, la médaille d’or en double mixte de Jacques Secrétin et Claude Bergeret aux championnats du Monde en 1977.

Ping germanique

En 1983, Charles Roesch rejoint la Fédération allemande (DTTB), où il impose ses méthodes et sa vision du haut niveau. Il forme toute une génération de cadres techniques, dont Eva Jeler. Il accompagne les progrès des meilleurs joueurs allemands. Une période pleine de réussite pour l’Alsacien, avec une apothéose aux championnats du Monde en 1989 à Dortmund. Pour sa dernière année à la tête du ping germanique, Charles Roesch assiste au triomphe de la paire formée de Jörg Rosskopf et Steffen Fetzner, médaillée d’or en double messieurs.

« Un grand monsieur, travailleur acharné et passionnant, à l'origine du renouveau de la FFTT dès 1968 et de sa professionnalisation. J'ai eu la chance, comme d'autres, de le connaître et de le respecter »

 a confié Christian Palierne, le président de la FFTT, à l’annonce de son décès. « Par sa compétence comme entraîneur, et par ses qualités humaines, il mérite une place à part dans l’histoire de notre organisation », a assuré Hans Wilhelm Gäb, le président d’honneur de la Fédération allemande.