Site officiel

actualité

Le ping français a encore grandi

Publié le : 06/03/2017
Modifié le : 08/03/2017

La réussite d’une compétition ne tient pas toujours au profil de ses héros. Mais il n’est pas rare qu’ils y contribuent. A Marseille, les championnats de France 2017 de tennis de table ont consacré dimanche 5 mars, dans les épreuves de simples, deux joueurs dont les noms apportent au palmarès une nouvelle touche de brillant. Emmanuel Lebesson chez les hommes, Yuan Jia Nan chez les femmes, ont écarté la concurrence pour s’offrir les deux titres les plus convoités. Une récidive pour le champion d’Europe, vainqueur de cette même épreuve en 2009. Une forme d’habitude pour la pongiste de Poitiers, déjà championne de France en 2012 et 2015.

Emmanuel Lebesson a beaucoup grimacé, jusqu’au point décisif de la finale. Il a lutté contre une blessure aux adducteurs. Mais son mental a pris le dessus. Le numéro 2 français au classement mondial décroche la lune au terme d’une compétition marquée par l’élimination en demi-finale de Simon Gauzy, vice-champion d’Europe et 15ème joueur mondial, et plus encore sans doute par la confirmation du talent et des progrès de la jeune classe. Alexandre Robinot, 21 ans, a écarté Simon Gauzy de la route de la finale avant de céder en 5 manches face à Emmanuel Lebesson. Romain Lorentz, 24 ans, a décroché la médaille de bronze après avoir opposé une formidable résistance à Emmanuel Lebesson en demi-finale. L’avenir est en marche.

 

Même tendance au rajeunissement dans le tableau féminin. Pauline Chasselin, seulement 19 ans, championne de France juniors en 2014 et 2015, a enflammé le public marseillais. La Messine a remonté un handicap de 2 sets en demi-finale, pour l’emporter 4-2 face à la Parisienne Liu Yu Hua. En finale, elle est revenue à 10-10 dans le 4ème set, pour finalement céder 4-1. Avec Laura Gasnier, médaillée de bronze, Pauline Chasselin donne un rafraîchissant coup de jeune au tennis de table féminin français.

Sa croissance, le ping français ne l’a pas seulement mesurée à l’aune de l’état-civil et du classement mondial de ses médaillés aux championnats de France. A Marseille, entre vendredi 3 et dimanche 5 mars, la discipline a confirmé sa percée médiatique et sa popularité auprès du grand public.

Les chiffres

Les chiffres, d’abord. Dans une ville où le football a souvent renvoyé les autres sports dans le bas-côté, les championnats de France peuvent gonfler le torse de fierté. Avec 6 000 spectateurs au cours du week-end. Un millier de scolaires, présents vendredi dans les tribunes. La concrétisation de la dynamique ping dans une ville et un département, les Bouches-du-Rhône, où le comité départemental a placé le développement de la pratique au premier rang de ses priorités.

Grande première : le comité d’organisation et son président, Arnaud Gebleux, avaient eu l’idée de recevoir la compétition dans une patinoire. Un pari audacieux mais gagnant. Réussite également du côté de l’opération « Ping Fever », où joueurs et grand public ont pu partager une soirée autour du tennis de table, dans l’enceinte du skatepark du Palais Omnisport, petite table de ping, animations, imitations, dans une ambiance de boîte de nuit. A refaire.

Les chiffres, encore. Deux heures et demi de direct dimanche après-midi sur beIN SPORTS, diffuseur officiel des championnats de France 2017. Une trentaine d’heures de direct sur Dailymotion et Facebook, avec un dispositif enrichi pour l’occasion par la diffusion sur les réseaux sociaux de quatre tables en simultanée et la production d’interviews des joueurs et de résumés quotidiens. Plus de 300 000 vues sur Dailymotion, nouveau record du genre. Pas moins de 315 000 personnes atteintes sur Facebook.

La télévision

Pour la télévision, la FFTT a assuré une production avec des moyens dignes des plus grands événements, dont une caméra super loupe autorisant des images saisissantes sur les effets de la balle et les expressions des pongistes. A la production, Stéphane David, ancien pongiste, à la réalisation Cyril Martinetto, habitué de la terre battue de Roland Garros. Aux commentaires sur les antennes de beIN SPORTS : le journaliste Olivier Jacquemin et le consultant Christian Martin. 

}

 A Marseille, le tennis de table français a encore grandi. Poursuivant sur sa lancée des championnats d’Europe 2016 et, plus récemment, du Top 16 européen à Antibes, il continue à creuser son trou dans le paysage médiatique. Les chaînes de télévision ne s’y trompent pas. BFM/RMC, présente dans la ville provençale, a consacré un long reportage à « Marseille sous le charme du ping ». beIN SPORTS a prolongé le plaisir en invitant, lundi 6 mars, Emmanuel Lebesson sur le plateau de l’émission Happy Sports (en direct et en clair à 18h30 sur beIN SPORTS 1) et Yuan Jia NAN dimanche 12 mars dans l’émission Tribune Sport.

 Christian Palierne, président de la FFTT : « Depuis trois ans, nous montons en puissance pour faire le show et mettre en valeur le spectacle offert par nos sportifs. Nous avons de grands champions. Nous nous devons de nous mettre à leur niveau. Marseille était une belle occasion de rendre hommage une nouvelle fois à nos médaillés européens. Devant les caméras de beIN SPORTS, c’est une étape supplémentaire que nous venons de franchir. Il y a un créneau médiatique à saisir. Nous nous devons de poursuivre nos efforts »

Les prochains rendez-vous

La suite de la saison ne manquera pas d’occasions de forcer encore le trait. Prochain rendez-vous : la demi-finale aller de la Ligue des Champions masculine, jeudi 9 mars, où l’AS Pontoise-Cergy affronte le club allemand du Borussia Düsseldorf. Les championnats du Monde en Allemagne, à partir du 29 mai, apporteront à Simon Gauzy et Emmanuel Lebesson l’occasion d’étrenner sur la scène planétaire leur statut de grands d’Europe. A plus long terme, la France recevra à Disneyland Paris la Coupe du Monde 2018 (19 au 21 octobre). Elle organisera en 2020, à Bordeaux, les championnats du Monde vétérans. Et elle s’est portée candidate à l’accueil des championnats d’Europe par équipes en 2019. Pour grandir encore. 


Informations pratiques

Championnats de France 2017
3 au 5 mars - Marseille (13)
Palais Omnisports Marseille Grand-Est
12 boulevard Fernand Bonnefoy
13010 Marseille