Site officiel

actualité

F. Tollet : "Donner de la visibilité à notre sport"

Publié le : 14/06/2018
Modifié le : 15/06/2018

Le Ping Tour 2018 débute le samedi 16 juin à Laval, première des quatre étapes de niveau 1. Coordinateur de cette opération développée au sein de la FFTT et destinée à s’ouvrir à de nouveaux publics, Fabrice Tollet évoque le contenu et logistique de ce Tour qui passera ensuite par Bordeaux, Antibes et Albi.

La première étape du Ping Tour est programmée samedi 16 juin à Laval. Quel est le programme de la journée ?

Le Ping Tour sera ouvert au public sur la place du Palais de Laval à partir de 10h, toute la journée jusqu'à 18h30. Le concept est de proposer plusieurs espaces différents de découverte, qui permettent à chaque fois une pratique encadrée. Le matin, vers 11h30, il y aura une partie protocolaire avec des élus locaux et une élue de la FFTT, Sophie Bodin. En fin de matinée, Jacques Secrétin arrivera sur place, en même temps que deux jeunes internationaux français, Jules Rolland, qui a été champion d'Europe en double l'an passé, et Rémi Menand. Ces deux jeunes qui s'entraînent à l'INSEP seront présents tout l'après-midi pour des animations dans l'espace de démonstration. En dehors de cela, il n'y a pas vraiment de déroulé pré-établi, l'idée est surtout de permettre aux visiteurs de découvrir les différents espaces de manière libre.

Pouvez-vous nous présenter ces différents espaces ?

Ils sont au nombre de huit : l'espace 4-7 ans propose différents ateliers et jeux pour un public jeune, avec des mini-tables et des parcours axés sur la motricité. Dans l'espace Free Ping, il y aura une quinzaine de tables de formes et de tailles différentes : rondes, en forme de T, avec des murs façon squash... L'idée, c'est d'être dans une pratique hyper-ludique. Handi Ping est un espace adapté aux personnes en situation de handicap, mais nous voulons aussi faire jouer des personnes valides dans des fauteuils roulants, afin qu'elles mesurent la difficulté. Sur l'espace Ping Santé, on réalise un test de forme à travers plusieurs jeux. Certains se font à la table et d'autres sans elle, toujours avec un accompagnement personnalisé. Nous avons aussi un espace compétition, pour ceux qui veulent faire des matchs. On apprend les règles à ceux qui ne les connaissent pas encore et on organise des tournois toute la journée. Dans l'espace Techni'Ping, nous avons un radar pour mesurer la vitesse de la balle en temps réel, qui a toujours beaucoup de succès, tout le monde vient essayer de battre le record de la journée. Sur cet espace, nous avons aussi un robot lanceur de balles et différents ateliers autour des notions d'effets et de déplacements. L'espace Fit Ping propose un mélange de tennis de table et de chorégraphie. Il y aura une séance d'environ 10 minutes toutes les heures, en musique. Enfin, dans l'espace de démonstration, il n'y a qu'une seule table, sur laquelle vont se relayer Jacques Secrétin, des joueurs de l'équipe de France et les meilleurs pongistes locaux, pour des matchs d'exhibition. Le but est de montrer au grand public ce qu'est le haut niveau.

Comment les participants sont-ils encadrés sur les différents espaces ?

Nous aurons des référents de la Fédération dans certains espaces, des spécialistes. L'espace 4-7 ans sera animé par Stéphane Marmion, impliqué dans l'apprentissage du tennis de table aux plus jeunes au niveau fédéral. Sur l'espace Ping Santé, il y aura la présence d'Eric Labrune, qui vient de Toulon et qui est un spécialiste des questions de sport-santé au sein de la Fédération. Philippe Durieux, un joueur en fauteuil, s'occupera de l'espace Handi Ping toute la journée. Et l'espace Fit Ping sera animé par Malory Lasnier, la référente Fit Ping au sein de la FFTT. En complément, nous aurons une soixantaine de bénévoles sur place, répartis sur tous les espaces. Ces bénévoles ont été recrutés cet hiver. Nous avons eu une  réunion d'information il y a un mois pour leur expliquer quel serait leur rôle le jour J. Pour le public, le Ping Tour ouvre à 10h, mais pour les bénévoles, la manifestation commence beaucoup plus tôt : dès 6h du matin, un semi-remorque arrive sur place avec tout le matériel et nous installons tout avec les bénévoles. Le soir, à la fermeture, nous rangeons tout dans le camion et c'est terminé. Tout se passe sur une journée et à 20h, tout est démonté, cela suppose une organisation conséquente.

Quel rôle jouent les partenaires dans cette organisation ?

Le Ping Tour est sponsorisé par quatre partenaires, qui seront présents sur chaque étape du niveau 1. Trois d'entre eux sont des partenaires « pongistes » : Cornilleau est partenaire des espaces Techni' Ping, 4-7 ans, Handi Ping et de l'espace de démonstration. Tibhar est partenaire de l'espace compétition et Décathlon est partenaire de l'espace Free Ping. En plus de nous fournir du matériel (tables, raquettes et balles), ces partenaires apportent une aide financière, à hauteur de 1000 euros par espace sponsorisé. Le quatrième partenaire, MMA, est associé à l'espace Ping Santé. En plus de sa contribution financière, MMA fournit les lots qui seront distribués à tous les participants. Chaque personne qui vient sur le Ping Tour, après avoir fait le tour des différents espaces, revient vers le centre d'accueil, où des cadeaux sont distribués à tous. Chacun repart avec un lot. Par ailleurs, tous les enfants qui viendront sur l'espace 4-7 ans se verront offrir une raquette Panda de la marque Cornilleau, plus petite et plus fine que les raquettes adultes.

Que prévoyez-vous pour les trois autres étapes du Ping Tour niveau 1 ?

Sur les prochaines étapes (Bordeaux, Antibes et Albi), nous aurons le même univers, avec les huit mêmes espaces. La seule chose qui change, ce sont les référents de la Fédération et les joueurs de l'équipe de France. Par exemple à Bordeaux, les joueurs présents seront Tristan Flore et Romain Lorentz. Jacques Secrétin, lui, sera sur toutes les étapes, tout comme notre speaker officiel Bruno Simon, qui a participé à toutes les étapes du Ping Tour depuis 2013. En termes de fréquentation, nous attendons entre 5000 et 10000 personnes sur chacune des quatre étapes. Toutes les informations sur les différentes étapes sont disponibles sur la page Facebook du Ping Tour.

Qu'en est-il des niveaux 2 et 3 ?

Pour le niveau 2, nous avons cinq villes-étapes cette année : Gien, Aubenas, Lyon, Parthenay et Corbeil-Essonnes. Le concept est un peu différent, la Fédération propose un accompagnement, mais ne fournit pas de matériel. C'est organisé au niveau local, avec l'obligation d'avoir au moins quatre espaces de jeu. Après il y a le niveau 3, encore plus petit. C'est un peu le même principe que le niveau 2, mais sans obligation de nombre d'espaces. On a déjà une cinquantaine de dates prévues pour le niveau 3. Pour chacun des trois niveaux du Ping Tour, nous avons mis en place un « challenge licence événementielle » cette année. Chaque personne qui vient sur le Ping Tour est référencée au moyen d'une licence événementielle et la ville qui aura rassemblé le plus de participants sur chaque niveau gagne deux pass week-end pour assister à la Coupe du monde, en octobre prochain à Disneyland Paris.

A quelles autres nouveautés peut-on s'attendre pour ce Ping Tour 2018 ?

Pour la première fois, nous allons faire cette année de la captation d'images avec un drone. Nous faisons appel à un prestataire extérieur qui va filmer toutes les étapes, afin de réaliser un clip à l'issue du Ping Tour. L'objectif, c'est de promouvoir notre activité auprès des collectivités et du grand public, mais aussi que nous puissions offrir un retour à nos partenaires.

D'une manière générale, quel est l'objectif du Ping Tour ?

Donner de la visibilité à notre sport, auprès du grand public, des collectivités et des partenaires. Le tennis de table est un sport d'intérieur, donc le premier objectif, c'est de s'ouvrir et d'être en extérieur. Dans toutes les villes où nous passons, nous nous installons dans un endroit important dans la ville, un lieu à la fois passant et emblématique. A Bordeaux, nous serons devant l'Hôtel de Ville. Nous avons beaucoup de villes demandeuses. Le Ping Tour fait partie du projet fédéral et nous en organiserons tous les ans, au moins jusqu'en 2020. Chaque année, on repart à zéro, on ne retourne pas au même endroit. Pour l'année prochaine, les candidatures seront ouvertes au mois de novembre 2018.