Site officiel

actualité

Réflexions sur une nouvelle gourvernance

Publié le : 17/01/2019
Modifié le : 18/01/2019

En marge du conseil fédéral, qui s’est tenu le week-end dernier à Paris, un séminaire abordant le thème d’une nouvelle gouvernance était organisé le samedi 12 janvier au siège de la Fédération. Face à l’incertitude qui entoure l’avenir du mouvement sportif en France suite au désengagement de l’État, des travaux de réflexion ont été menés pour permettre à la Fédération et ses instances déconcentrées de se projeter vers une future organisation nouvelle.

La solidarité et la cohésion au cœur du projet

Dans l’optique de pallier le désengagement de l’État et de proposer un modèle cohérent avec la nouvelle gouvernance du sport prônée par le Ministère des Sports, un séminaire s’est tenu au siège de la Fédération le samedi 12 janvier dernier. Des groupes de travail abordant différentes thématiques ont été organisés dans la matinée avec un objectif commun : redéfinir le rôle de la Fédération, des ligues et des comités à travers un modèle cohérent, économique et rentable à l’horizon 2024.

La restitution des échanges de la matinée a abouti sur une projection de ce que seront la Fédération, les ligues et les comités en 2024 :

  • La Fédération : en charge de définir les axes de développement, elle fournit les outils pour la mise en œuvre de ces axes, et assure la gestion de la haute performance. Une fédération compétente et évolutive, au service de ses structures et de ses licenciés.
  • La Ligue : elle aura un rôle de coordination de la politique fédérale, elle assure le relais de la fédération auprès de ses départements et prend en charge la gestion administrative et financière de ses territoires. Une ligue en cohésion avec ses départements.
  • Le Comité : il contribue activement au développement des clubs, s’attache à la fidélisation des licenciés, établi une véritable proximité avec ses clubs.

A l’issue de la restitution des différents groupes de travail, la nécessité de solidarité et de cohésion entre l’ensemble des instances fédérales a été mise en avant pour que le tennis de table puisse poursuivre son développement malgré un avenir incertain.