Site officiel

actualité

Laura Gasnier : Une page qui se tourne avec les Bleues

Publié le : 22/09/2020
Modifié le : 22/09/2020

Après 15 années en équipe de France, Laura Gasnier a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale. Une décision murement réfléchie et partagée avec le staff de l’équipe de France.

Elle évoque un choix personnel qui a demandé plusieurs mois de réflexion « les gros rythmes des compétitions, les objectifs en clubs, le double mixte, je n’arrivais plus à suivre ».
Celle qui porte le maillot tricolore depuis l’âge de 12 ans avoue ne plus trouver de plaisir à jouer en équipe de France et l’annonce du report des JO de Tokyo 2020 n’a pas aidé. Elle souhaite désormais se concentrer sur ses objectifs personnels et retrouver cette passion pour le Ping.

Mais sa carrière de pongiste ne s’arrête pas là, elle continue à jouer avec son club de l’Entente Saint Pierraise TT, en Pro Dames. Une nouvelle saison et des objectifs qu’elle compte bien atteindre.

Laura Gasnier : « Ce n’était pas facile, mais je suis soulagée d’avoir pris cette décision. Ça fait des mois et des mois que j’y pensais. J’ai perdu de ma combativité, ma flamme de compétitrice et je n’arrive plus à encaisser. La pression, la fatigue, je suis arrivée à un point de non-retour. Je ne prends plus plaisir à jouer comme avant, et j’ai besoin de retrouver ce plaisir. J’ai besoin de vivre ma vie et autre chose. Je continuerai à suivre les filles et j’espère qu’elles iront loin ».

 

Retour sur 15 ans en équipe de France :

  • Championne de France en double dames (2010, 2011, 2014, 2019 et 2020)
  • Médaillée de bronze en double mixte aux Championnats de France (2019)
  • Médaillée de bronze en double dames aux Championnats de France (2018)
  • Médaillée de bronze en simple aux championnats de France (2014, 2016, 2017 et 2018)
  • Vice-championne de France en double dames (2017)
  • Médaillée de bronze par équipes aux Jeux méditerranéens de 2018 à Tarragone
  • Médaillée de bronze en double mixte aux Jeux européens de 2019 à Minsk.