A lire en ce moment dans Ping Pong Mag

Ping Pong Mag, la revue officielle de la Fédération Française de Tennis de Table, vous propose de retrouver, tous les 2 mois : des interviews des championnes et champions, des reportages, les dernières actualités, un clin d'oeil au passé avec les rubriques RETRO et QUE SONT-ILS DEVENUS. Et aussi, dans chaque numéro, la présentation d'un club, une double page sur la candidature de Paris 2024 et un poster. 68 pages dédiées au tennis de table français et mondial.
Voir les formules d'abonnement

#Championnats de France 2017

La 87e édition des championnats de France seniors, disputée du 3 au 5 mars à Marseille, a sacré Emmanuel Lebesson pour la deuxième fois de sa carrière. Chez les dames, Yuan Jia Nan a remporté son troisième titre national. 

La ruée vers le sud. Les meilleurs pongistes de l’Hexagone ont pris la route de la Méditerranée, début mars, pour pousser la porte du Palais Omnisports Marseille Grand-Est (« POMGE » pour les intimes) à l’occasion de l’édition 2017 des championnats de France seniors. Une étape soulignée d’une trait épais au comité départemental des Bouches-du-Rhône, lancé à fond dans une ambitieuse politique de développement du ping dans la cité phocéenne. Le résultat : près de 6 000 spectateurs cumulés tout au long du week-end.

Un bilan très positif, sans l’ombre d’un doute, même si la dernière journée de compétition aurait gagné à vibrer d’une ambiance un peu plus survoltée dans les tribunes. Sur le terrain, en revanche, rien à redire. Le spectacle a été au rendez-vous. Au lendemain de sa victoire en double au côté de Tristan Flore, Emmanuel Lebesson a signé un magnifique doublé en devenant champion de France en simple, huit ans après son premier sacre. Le tout non sans une petite dose d’incertitude : victime d’une contracture aux adducteurs à la fin du quatrième set de sa demi-finale contre Romain Lorentz, le champion d’Europe 2016 a été contraint à faire appel au kiné.

Interview d'Emmanuel Lebesson

 Ping Pong Mag : A bientôt 29 ans, vous récupérez un deuxième titre de champion de France. Comment l’avez-vous vécu ?

Emmanuel Lebesson : C’est super ! 2009… cela me parait tellement loin. J’avais 20 ans, j’étais insouciant. C’était un week-end particulier pour moi, mon fils fêtait son premier anniversaire. Je ne pouvais pas être avec lui, mais je suis très heureux de lui ramener cette médaille d’or. Plus tard, il sera content de voir ça.

Cette édition 2017 a offert une densité incroyable dans le tableau masculin avec une dizaine de prétendants au titre. Est-ce encore plus gratifiant de gagner dans un tel contexte ?

C’étaient sans doute les Championnats de France les plus relevés depuis les Mousquetaires (Jean-Philippe Gatien, Patrick Chila, Damien Eloi et Christophe Legoût), avec sept joueurs dans le Top 100 mondial. C’est toujours bien de s’imposer quand les meilleurs sont là. 

Interview de Yuan Jia Nan

Ping Pong Mag : Avec le forfait de Yang Xiao Xin, la championne de France en titre, vous êtes arrivée à Marseille avec l’étiquette de grande favorite. Quelles étaient vos ambitions ?

Yuan Jia Nan : Je venais pour gagner et je suis très contente. Face à Pauline, j’ai eu peur en fin de quatrième set, quand je mène 10-6 et qu’elle revient à 10-10. Tactiquement, son jeu me gêne. Mais je n’ai rien lâché, je suis restée solide dans la tête. Il fallait que je gagne ce set, c’était très important. Globalement, je suis plutôt satisfaite de mon niveau de jeu. J’ai pris les matchs les uns après les autres sans trop me projeter. Ça a fonctionné.

Vous n’avez finalement jamais été inquiétée durant cette compétition…

Je ne dirais pas les choses ainsi. Le premier tour ne m’a pas posé de problème, mais dès le deuxième match contre Leili Mostafavi, le niveau est monté d’un cran. Je gagne 4/0, mais 11-9 dans les deux derniers sets. Elle joue vraiment bien, j’ai dû rester bien concentrée face à elle. D’une manière générale, je trouve qu’il est de plus en plus difficile de gagner. Les jeunes progressent très vite. Comme Pauline d’ailleurs. Notre dernière confrontation remontait aux championnats de France il y a deux ans. C’était beaucoup plus facile. A Marseille, elle a super bien joué.


#Entretien : Elizabeta Samara

Après un long séjour en Turquie, où elle a remporté avec Fenerbahçe la Ligue des Champions 2015, Elizabeta Samara a choisi de défendre cette saison les couleurs du Metz TT. Une opportunité pour la Roumaine de 27 ans, championne d’Europe 2015 en simple, de découvrir l’un des meilleurs championnats européens. Elle sait ce qu’elle veut et où elle va. La marque des champions.

 Ping Pong Mag : Vous avez dû renoncer à participer au Top 16 européen, début février à Antibes, à cause d’une blessure au ménisque du genou gauche. Que s’est-il passé ?

Elizabeta Samara : Tout a été très vite. Cela a commencé lors des matchs de qualification aux championnats d’Europe par équipes contre les Pays-Bas (disputés fin janvier avec la Roumanie, ndlr). J’ai senti que quelque chose n’allait pas. J’ai continué à jouer, mais quelques jours plus tard, face à Linz en Ligue des Champions, cela s’est aggravé. J’étais très inquiète. La douleur était tellement forte que j’ai décidé de rentrer en Roumanie dès le lendemain pour consulter les médecins et me faire opérer le plus rapidement possible.

Aujourd’hui, comment ça va ?

Je vais de mieux en mieux. L’opération s’est bien passée, je serai de retour à 100% pour les rencontres du mois de mars.


#Clubs - Le Ping à Marseille

Ville hôte des championnats de France 2017, la cité phocéenne se laisse gagner par la passion du tennis de table. Le résultat de la politique dynamique et audacieuse du comité départemental des Bouches-du-Rhône. Explications.

Qui a dit que le football écrasait tout entre la Canebière et les Calanques ? Samedi 14 janvier dernier, plusieurs milliers de personnes se sont retrouvées autour du Vieux-Port à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de « Marseille-Provence, capitale européenne du sport 2017 ». Accordé pour la première fois à une ville française, le label marque un nouvel élan pour une ville où l’activité sportive ne se réduit plus au seul ballon rond.

Mais, le football constituant une notable exception, Marseille s’avère encore pauvre en structures sportives, notamment pour les disciplines en salle. Un constat qui explique, au moins en partie, le déclin du tennis de table marseillais, illustré par ce chiffre : en 2010, la ville comptait seulement trois clubs ! Pour tenter de l’expliquer, Arnaud Gebleux, le président du comité départemental des Bouches-du-Rhône, parle de « volontés éclatées », de « ressources rares tant humaines que matérielles et financières ». « Peu de clubs, peu de licenciés, peu de bénévoles, mais surtout une carence criante en termes d’éducateurs formés et de salles pour jouer », explique le dirigeant, arrivé à la tête du CD13 en 2008. En clair, un désert pongiste.


A lire également dans Ping Pong Mag 20 :

- Dossier : Les nouvelles ligues
- Décryptage : Servir contre un joueur en fauteuil
- Culture Ping : Donic
- Portfolio : Top 16 européen à Antibes
- Que sont-ils devenus ? : François Farout
- Rétro : Mondiaux 2003 à Paris
- Paris 2024 
Hommage à Pierre Albertini
Et toujours le classement mondial, les brèves, l'agenda

Informations

La Fédération Française de Tennis de Table publie, tous les deux mois, le magazine : Ping Pong Mag. Il est disponible au format numérique ou au format papier, à l'unité ou en abonnement.

Tarifs

Abonnement

  • Papier : 39 €
  • Numérique : 18 €
  • Papier + Numérique : 45 €

Au numéro

  • Papier : 8 €
  • Numérique : 3 €

Pour vous abonner ou acheter un numéro

 

Rédaction

Directeur de la publication : Christian Palierne 
Directeur adjoint de la publication : Francis Czyzyk
Rédacteur en chef : Alain Mercier
Secrétaire de rédaction : Marion Foissotte - 01 53 94 50 17 - pingpongmag@fftt.email

Contacts

Francis CZYZYK
Secrétaire Général Adjoint
Marion FOISSOTTE
Assistante Communication
Tél :  01 53 94 50 17
Emmanuel SIMON
Graphiste - Maquettiste
Tél :  01 53 94 50 18
Version numérique

Nous vous proposons de découvrir gratuitement la version numérique du n°14 de PPM (novembre-décembre).

actualités