Site officiel

A lire en ce moment dans Ping Pong Mag

Ping Pong Mag, la revue officielle de la Fédération Française de Tennis de Table, vous propose de retrouver, tous les 2 mois : des interviews des championnes et champions, des reportages, les dernières actualités, un clin d'oeil au passé avec les rubriques RETRO et QUE SONT-ILS DEVENUS. Et aussi, dans chaque numéro, la présentation d'un club, une double page sur la candidature de Paris 2024 et un poster. 68 pages dédiées au tennis de table français et mondial.
Voir les formules d'abonnement

#Evenement

Coupe du Monde

Pour sa troisième participation consécutive à la Coupe du Monde, le numéro 1 français s’est approché de très près du podium. Une nouvelle confirmation de son statut de membre du cercle étroit des meilleurs joueurs planétaires.

Magnifique cadeau d’anniversaire. À trois jours de fêter ses 23 ans, Simon Gauzy s’est offert à Liège, pour l’édition 2017 de la Coupe du Monde, un parcours à graver dans le marbre. Arrivé dans la ville belge avec un classement de 13e joueur mondial, mais avec l’étiquette de tête de série n°7, il en est reparti avec la certitude d’avoir grimpé une nouvelle marche vers le sommet du ping planétaire. Dans l’intervalle, le jeune Français a fait
chuter un habitué du top 10, avant de bousculer avec force et détermination le futur vainqueur de la compétition, pour finalement arracher deux sets au n°1 mondial. Il boucle le tournoi à la quatrième place. Très fort. 

Championnats d'Europe par équipes
Comme en 2015, les pongistes français ont décroché, mi-septembre au Luxembourg, une jolie médaille de bronze lors de l’Euro par équipes. Ce nouveau podium des garçons récompense un collectif soudé et plein de ressources.

Dix-neuf ans après leur dernier titre à Eindhoven, aux Pays-Bas, les Français sont passés tout près d’une nouvelle finale européenne dans le Grand-duché. Depuis plusieurs saisons, l’équipe de France masculine truste les podiums continentaux, à l’image du bronze rapporté en 2015 du dernier Euro à Ekaterinbourg, en Russie, et de l’argent décroché lors des Jeux européens, la même année à Bakou, en Azerbaïdjan. Au Luxembourg, les Bleus ont encore montré leurs muscles. La loi des séries. La preuve de leur nouveau statut de grands d’Europe.

Interview de Patrick Chila

L’entraîneur de l’équipe de France masculine, revient sur la prestation des pongistes français lors de l’Euro par équipes.

Ping Pong Mag : Comment avez-vous accueilli cette nouvelle médaille de bronze européenne ? 

Patrick Chila : Je suis très satisfait. C’était notre objectif de rapporter une médaille. Mais en tant que coach, j’en veux toujours plus. Le match contre le Portugal en demi-finale était aussi beau que serré (défaite 3-2). On se dit que ça aurait été bien pour cette génération de jouer une finale européenne. Ils vont en connaître, parce que cette génération est vraiment super et jeune, mais ça aurait été bien de la jouer le plus tôt possible. Je suis surtout satisfait de la force collective qui émane de cette équipe. Elle est vraiment en train de se former. Je me rends compte que je peux compter sur tout le monde, même si je savais avant la compétition que chacun était en forme. Même les numéros trois, quatre ou cinq m’ont prouvé qu’ils étaient présents dans les grands rendez-vous. Il est rare de faire rentrer le numéro trois à deux reprises et qu’il batte le numéro un adverse, que ce soit Quentin (Robinot) sur Kou Lei, qui nous sauve contre l’Ukraine, ou Tristan (Flore) contre Marcos Freitas en demi-finale.


#Entretien : Stéphanie Loeuillette

Elle a été la révélation française de la dernière saison. Arrivée en trombe au plus haut niveau national, la Normande a connu en quelques mois ses premiers rendez-vous avec l’équipe de France, aux championnats d’Europe et du Monde. À 25 ans, Stéphanie Loeuillette incarne tout à la fois le présent et l’avenir du ping français. Une jeune fille à découvrir.

MES DÉBUTS

«Je n’avais pas d’antécédents fami­liaux dans le tennis de table. J’ai commencé à l’école primaire, au Havre. Le midi, nous avions une activité sportive. J’ai eu l’occa­sion d’essayer le tennis de table. Je jouais seulement une heure par semaine, mais j’ai tout de suite aimé. J’avais huit ans. À l’époque, j’avais déjà pratiqué la gym, je jouais aussi au basket. Je crois que j’ai été attirée par l’aspect indivi­duel du ping, même si je n’ai rien contre les sports collectifs. Mes résultats dépendaient de moi et de mon travail. Ça me plaisait. L’activité était encadrée par un entraîneur de l’ASPTT Le Havre. Il m’a proposé de rejoindre le club. J’y suis restée quatre ans, jusqu’à l’âge de douze ans. Les premiers temps, je continuais le basket, puis j’ai dû faire un choix. J’ai opté pour le ping.»

 MON PARCOURS

«J’ai suivi la filière fédérale. À douze ans, j’ai quitté mon club pour rejoindre le pôle espoir de Normandie à Caen. J’y ai passé une bonne partie de mon adoles­cence, jusqu’à l’âge de dix-sept ans. Puis, après la séparation des structures fédérales, je suis retour­née au pôle espoir de Normandie, mais à Rouen. Enfin, à vingt-deux ans, j’ai fait le grand saut et rejoint le pôle France tennis de table à l’INSEP. J’y passe actuellement ma troisième année consécutive. Pourquoi l’INSEP ? Les raisons sont multiples. Je voulais surtout progres­ser, franchir un nouveau palier.


#Clubs - Etival ASRTT 

Étival-Clairefontaine, promu l’an passé en Pro A féminine, a conservé sa place parmi l’élite pour l’actuelle saison. Le club vosgien avoue pourtant le plus petit budget du championnat. Sa réussite tient à un miracle permanent.

«Tout s’est décidé sur le dernier match. Une défaite 3-0 nous aurait relégués.» Samuel Mater répète ses mots. Avec plaisir. Le vice-président de l’ASRTT Étival-Clairefontaine, résidant de la Pro A féminine pour la deuxième année consécutive, n’a rien oublié. En fin de saison dernière, le club vosgien joue à Mayenne l’ultime rencontre du championnat. Résultat : une victoire 3-1. Les Mayennaises sont relé­guées, les Stivaliennes obtiennent in extremis une quatrième place, synonyme de qualification en Coupe d’Europe. Elles vont décou­vrir la compétition continentale dans quelques semaines, avec le seizième de finale de la Coupe de l’ETTU. Un événement. «Un truc un peu fou», renchérit Jean-Luc Guénin, le président. Une aventure de passionnés qui se répète depuis près de vingt ans.

Étival-Clairefontaine a profité longtemps de la renommée de sa célèbre papeterie pour se faire connaître, et de son abbaye pour attirer les amoureux du patrimoine. La commune de 2 600 habitants, posée au bord de la nationale entre Raon-l’Étape et Saint-Dié-des- Vosges, jouit désormais d’une autre promotion. Elle la doit à ses pon­gistes féminines, installées au plus haut échelon national. Avec le plus petit budget de la Pro, 115 000 euros pour la saison, mais des tré­sors d’imagination pour bâtir le succès.


A lire également dans Ping Pong Mag 26 :

- Dossier : Les Mousquetaires
- Décryptage : Le nouveau classement mondial
- Culture Ping : Ping et BD
- Portfolio : Ping Pong Social Club
- Equipe de France : les championnats du Monde juniors
- Rétro : les championnats d'Europe de Berne en 1980
- Paris 2024 
- Que sont-ils devenus ? : Agathe Costes

Poster : Timo Boll et Ma Long à la Coupe du Monde messieurs de Liège
Cahier technique : Apprentissage et détection

Et toujours le classement mondial, les brèves et l'agenda !

Informations

La Fédération Française de Tennis de Table publie, tous les deux mois, le magazine : Ping Pong Mag. Il est disponible au format numérique ou au format papier, à l'unité ou en abonnement.

Tarifs

Abonnement

  • Papier : 39 €
  • Numérique : 18 €
  • Papier + Numérique : 45 €

Au numéro

  • Papier : 8 €
  • Numérique : 3 €

Pour vous abonner ou acheter un numéro

 

Rédaction

Directeur de la publication : Christian Palierne 
Directeur adjoint de la publication : Françoise Lapicque
Rédacteur en chef : Alain Mercier
Secrétaire de rédaction : Marion Foissotte - 01 53 94 50 17 - pingpongmag@fftt.email

Contacts

Francis CZYZYK
Marion FOISSOTTE
Assistante Communication
Tél :  01 53 94 50 17
Emmanuel SIMON
Graphiste - Maquettiste
Tél :  01 53 94 50 18
Version numérique

Nous vous proposons de découvrir gratuitement la version numérique du n°14 de PPM (novembre-décembre).

actualités