Site officiel

actualité

#LeSportCompte : signez la pétition

Publié le : 21/09/2018
Modifié le : 21/09/2018

Nous, sportifs, dirigeants de clubs, bénévoles, passionnés, citoyens : Demandons que le sport bénéficie de moyens à hauteur de ses apports humains, économiques et sociétaux.

Je signe la pétition

Alors qu’il s’est mobilisé pour l’obtention des Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris en 2024, alors qu’il était en droit d’attendre qu’un élan et une impulsion exceptionnels viennent accompagner le succès historique du 13 septembre 2017, le mouvement sportif français dans son ensemble a dû subir de plein fouet la diminution drastique des emplois aidés, ainsi que celle de la part territoriale du CNDS.

Dans la continuité d'une première vague de communication #LeSportCompte, la mobilisation continue avec la pétition nationale « Sport pour tous, tous pour le sport », en soutien au mouvement sportif, qui a été officiellement lancée aujourd’hui.

Ce dispositif a été plébiscité afin de montrer au gouvernement la mobilisation et la solidarité des acteurs du sport dans le contexte actuel de réduction des moyens.
Avec nos 180 000 associations sportives, nos 3,2 millions de bénévoles, nos 16 millions de licenciés, autant de potentiels soutiens et signataires et nous pongistes, nous pouvons peser dans les orientations politiques nationales et prouver que #LeSportCompte.

Une fois encore, nous avons besoin de vous pour signer, relayer et faire signer la pétition pour obtenir du gouvernement un budget décent.

Un seul mot d’ordre désormais : #JeSigne 

Pourquoi cette pétition ?

Le poids économique du mouvement sportif, bénévolat inclus, est estimé à minima entre 20 et 25 milliards d’euros. Son impact sociétal prenant en compte les apports incontestables en termes d’éducation, de santé, de lien social, d’intégration, de mixité, est difficile à quantifier sur le plan économique. Il est néanmoins reconnu de manière quasi unanime et doit être placé prioritairement dans le cadre des missions d‘intérêt général librement consenties par le mouvement sportif.

Il faut rappeler que celui-ci compte 180 000 associations, affiliées à 106 fédérations membres du CNOSF, animées par 3,2 millions de bénévoles et comptabilisant plus de 17 millions de licenciés.

Nous pouvons rappeler avec beaucoup de fierté que le mouvement sportif représente le premier des mouvement associatif, qu’il dispose d’un maillage territorial complet et que souvent le club sportif sert de deuxième famille à nombre d’enfants qui s’expriment à travers lui.

Pour ce qui est des pratiques compétitives, on peut rappeler que sans club pas de champion, pas d’Equipe de France et donc pas de fierté nationale, pas d’émotions partagées, mais aussi pas de compétition et il y en des milliers chaque week-end partout en France

Enfin sur le plan économique, outre les chiffres indiqués plus haut, on peut rappeler que l’explosion des pratiques sportives de ces dernières années a créée autant d’activités commerciales, que droits de télévision, paris sportifs, salaires et par voie de conséquence charges sociales, sont en augmentation spectaculaire et que la France s’est fait une spécialité d’organiser de grands évènements sportifs internationaux à fort impact économique.

Tout ceci doit servir à démontrer que l’Etat reçoit du sport beaucoup plus qu’il ne lui donne, qu’il ne doit donc pas le considérer comme une charge mais comme un investissement, qu’il est indispensable à toutes les populations et en particulier à la jeunesse, et que soutenir le mouvement sportif c’est pérenniser ses actions et renforcer ses apports humains économiques et sociétaux.

Au vu du bouleversement spectaculaire de l’éco du sport ces dernières années, nous devons affirmer que le sport peut aussi financer le sport et permettre ainsi de réaliser l’ambition de faire de la France une nation sportive à l’horizon 2024.

Pourquoi demander 400 millions ?

Pour permettre à la future Agence nationale du sport de réussir sa double mission de la haute performance et du développement des pratiques au sein du mouvement sportif.
Pour que la participation de l’Etat au niveau territorial renforce celles des collectivités.
Parce que plus généralement le budget est la traduction de la considération qu’une Nation porte à un secteur d’activités.